Site consumes quite some on a yearly basis ==> We happily accept Donations : )
Elom 20ce - Amewuga - (Noukpékpé Makpézan part.1) (youtube.com)
Extrait de l'album "AMEWUGA" dispo ici: http://elom20ce.com/

Ecriture & Réalisation : Elom 20ce
Production : Asrafo Records
Tournage et montage : Dodo Adogli
Accessoires : Dodo Adogli & Emerson Lawson
Costumes : Asrafobawu
Music produced by Alexis Hountondji
Sax : Koffi Assimadi
Voix : Femmes d'Alawogbé
Recorded by Studio Colibri
Mix & Master by Studios Les Murs du Son

Lyrics :
Refrain x 2 :
Eh AMEWUGA ! Eh AMEWUGA ! Méyôgaya gamétô ! Méyô gbétô ! Gbétô tônamoulo AMEWUGA lo oh yé !
1er couplet
« Des négriers, des ports, des bêtes de toutes sortes, des hommes qu’on expose comme des marchandises en toc, tâtez lui les muscles, tirez lui son sexe ! Ouvre grand la bouche qu’on vérifie ta dentition…. J’ai secoué la tête et failli rire comme un tonnerre, me suis ressaisi pour ne pas finir en paix. Long fut le trajet, mortel le périple, si je suis encore vivant c’est grâce au Tout Puisant. Comment est ce possible que des hommes soient si vénaux ? Comment peux-tu dormir si t’as vendu ton propre frère ? J’ai lutté de toutes mes forces, craché toutes mes trippes, mais l’adversaire était brutal et cruel. J’ai atterri dans ce bateau enchainé dans la cale, entre vomis, cadavres et excréments. Nu sur cette place publique, à la merci de mes prochains maîtres, j’entendais mes tantes chanter. »
Refrain x 2 :
Eh AMEWUGA ! Eh AMEWUGA ! Méyôgaya gamétô ! Méyô gbétô ! Gbétô tônamoulo AMEWUGA lo oh yé !
2eme couplet
« Blouses blanches, cœurs sales, serment d’hypocrite. Couchée à même le sol, le regard dans le vide. Les couleuvres ont quitté les bâtons pour me fermer les paupières, chantant des litanies en langues de vipère. « Faites quelque chose pour ma fille ? Il y a-t-il un docteur ici ? » Papa criait comme si ses larmes pouvaient me sauver. L’accident fut violent. La mazda m’a fauché, soulevé mon corps pour me déposer sur l’autre voie. Le souffle m’habitait encore quand nous sommes arrivés dans ce mouroir au cœur de la capitale. Le médecin était absent, les infirmières occupées. A la télé, Marimar ou Isaura. Né ga moulé miassiowa, mima tem yô mioo : rotait le gardien, avachi sur sa chaise. Une bagarre a éclaté. Ma vision s’est fit floue quand mon sang se videait lentement entre les carreaux de la clinique. Comment est-il possible que des Hommes soient si cupides ? Comment peux-tu ronfler en plein milieu d’un cimetière ? Avant de rendre l’âme, et faire l’amour à la lumière, j’ai ouvert mon cœur pour entendre les anges chanter. »
Refrain x 2 :
Eh AMEWUGA ! Eh AMEWUGA ! Méyôgaya gamétô ! Méyô gbétô ! Gbétô tônamoulo AMEWUGA lo oh yé !
Null